Au niveau international...

 

 

 

 

 

La position de l'Armée du Salut par rapport à la traite des êtres humains:

http://www.salvationarmy.org/ihq/ipshumantrafficking

Pour comprendre pourquoi l'Armée du Salut s'engage si résolument contre la traite des êtres humains, il faut considérer ses racines et son histoire. 

 

Depuis ses débuts, l'Armée du Salut considère que sa place est dans les quartiers pauvres de Londres auprès des démunis et désespérés. En 1880, elle s'associe à Joséphine Butler et son mouvement en faveur des femmes et des filles, voyant une mission commune - aider ces femmes à s'en sortir et les soutenir dans la recherche d'une nouvelle vie. En 1881, l'Armée du Salut ouvre sa première maison pour des femmes voulant quitter le trottoir et la prostitution. D'autres maisons sont construites par la suite.

 

L'Armée du Salut veut cependant faire davantage pour ces femmes vendues et exploitées que "seulement" les accueillir et les protéger. Elle veut provoquer un changement dans la société et entreprendre quelque chose afin que ces femmes et ces filles ne soient plus vendues et exploitées. Elle décide donc de participer à une enquête secrète dans le but d'attirer l'attention sur la traite de jeunes filles en Angleterre (plus d'informations ici). Cette enquête est un succès et, après quelques temps seulement, l'âge minimum requis pour la prostitution fut élevé de 13 à 16 ans. Catherine et William Booth parlent tous deux  de ce sujet devant un large public, de la nécessité de protéger les femmes et les filles. Leurs efforts contre la traite ne s'arrêtent pas là: William Booth développe un plan national pour la libération de filles sans défense et le sauvetage de personnes en détresse. Le but est d'ouvrir un lieu de conseil et d'accompagnement centralisé pour les victimes, les personnes vulnérables et les familles des victimes ainsi que des maisons pour la protection et l'accompagnement de victimes. En seulement 30 ans, 117 foyers sont mis en place en Angleterre. Parallèlement des "Midnight Rescue Brigades" sont créées (ce que nous appelons aujourd'hui équipes Rahab): Leur but était de trouver ces femmes et ces filles, les soutenir dans la situation où elles se trouvaient et les aider à sortir de la situation d'exploitation.

 

Catherine Booth explique cette mission de la façon suivante:

 

"Se taire aurait  été trahir l'humanité"

 

De nos jours, l'Armée du Salut est encore très engagée contre la traite, ceci au niveau mondial. Elle informe et sensibilise, visite les milieux de la prostitution et dirige des foyers et des programmes d'accompagnement pour les victimes de traite.

DE | FR

Actualité

Bienvenue à la dernière édition du #UpForJustice (#DeboutPourLaJustice), une lettre mensuelle de nouvelles et de prière de la Commission Internationale de Justice Sociale (ISJC) basée à New-York aux États Unis.

 

Nous continuons d’utiliser les nouveaux objectifs du Développement Durable (ODD) comme cadre de nos prières et de nos réflexions. Il y a 17 objectifs, que les 193 pays membres de l’ONU ont approuvé à l’Assemblée générale du mois de septembre 2015. 

Ce mois-ci, la Commissaire Janine Donaldson, Présidente Territoriale des Ministères Féminins et Officière chargée des Projets du Territoire de Nouvelle-Zélande, Fidji et Tonga nous invite à réfléchir sur le 14ème Objectif:

" Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les resources marines aux fins du développement durable."